Les auteurs à la fête

Alain Monnier : l’Esprit des lieux

Un récit biographique évoquant six lieux de mémoire, dans lequel l’auteur interroge l’intimité des lieux, explorant les liens entre l’histoire personnelle et la grande histoire. Avec ces promenades dans des lieux de mémoire choisis (le camp de Rivesaltes, la chapelle des Carmes, la Karl-Marx Allee, la villa Médicis, le mont Valérien, la grotte de Niaux), Alain Monnier signe ici une ego-histoire sensible et délicate

 

 

 

 

 

 

 

René Grando : Les babouins du zoo de Barcelone, Editions Trabucaire
C’est l’exil républicain espagnol et la 2de guerre mondiale qui servent de cadre. Miquel, le soldat républicain et Ana, la jeune paysanne, sont bien malgré eux les protagonistes d’une histoire d’un grand réalisme dramatique. Emportés par la folie de la guerre, ces deux destins croisés, séparés mais toujours unis, ont en commun la lutte pour la liberté, l’amour et l’espérance.

 

 

 

 

 

 

 

Œuvre collective : Brigadistes ! Editions du Caïman

 

A l’occasion de l’anniversaire de la création des Brigades internationales, volontaires venus du monde entier pour défendre la République d’Espagne, des auteurs, écrivains, compositeurs interprètes, des scénaristes et dessinateurs de bande dessinée, des journalistes ont écrit et dessiné des récits et des nouvelles noires en lien avec cette solidarité internationale.

 

 

 

 

 

 

Alain Mila : Une enfance retrouvée, Editions du Panthéon

« Ne pas accueillir, ne pas aider, cela équivaudrait à renoncer aux valeurs républicaines dont nous sommes, par le jeu des générations, désormais les gardiens et que nous devons transmettre à notre tour pour que jamais l’oubli ne prenne, ne fût-ce que lors d’un instant d’égarement, le pas sur la mémoire. » L’horreur de la Seconde Guerre mondiale occulte parfois un autre des drames qui s’est joué au XXe siècle : la guerre d’Espagne. L’auteur retrace ici l’histoire de cet exode, la Retirada. Fuyant les bombardements franquistes, le jeune Albert et sa famille trouvent asile au Guilvinec, dans le Finistère, dont la municipalité s’est portée volontaire pour accueillir une cinquantaine de réfugiés. Un élan de solidarité qui témoigne de valeurs de fraternité toujours d’une actualité brûlante.

 

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close